Accueil  |  Bottin de réseautage  |  Congrès  |  Séminaire automnal








Mouvement québécois des adultes en formation (MQAF)

Pour le droit et l’égalité des chances

Auteur : Victor Makaya, PhD
Fonction : attaché politique

Le Mouvement québécois des adultes en formation (MQAF) tiendra un stand d’information lors du douzième Congrès de l’Association québécoise des intervenants en formation générale des adultes (AQIFGA) qui se déroulera à Laval les 19-20 avril 2018. Ce sera l’occasion pour le MQAF de faire connaitre son engagement et son programme politique en faveur du droit à l’égalité des chances en formation des adultes des CEA et des CFP.

Repères historiques
C’est dans le cadre de la création de la Semaine québécoise des adultes en formation organisée par l’institut de coopération pour l’éducation des adultes (ICÉA) que le Mouvement québécois des adultes en formation (MQAF) a officiellement vu le jour en 2002. Mais, ce n’est que lors du 3ème Colloque des adultes en formation en 2005, que le MQAF a posé ses premières balises en faisant adopter par l’assemblée générale les règlements généraux et le programme politique et, en procédant à l’élection d’un premier conseil d’administration.

Toutefois, de 2006 à 2014, le MQAF a tenu chaque année un colloque dans le cadre de la Semaine québécoise des adultes en formation. Ce colloque qui se déroulait sur deux jours, réunissait environ 150 étudiantes et étudiants adultes du secondaire général, du secondaire professionnel, du cégep et de l’université.

Revendications du mouvement
Le programme politique du MQAF vise à lever les nombreux obstacles qui limitent l’accès aux études à l’âge adulte. Le MQAF s’est résolument engagé en faveur de la reconnaissance du droit à l’éducation des adultes et à la création d’associations étudiantes accréditées locales et l’exercice de leurs droits démocratiques par la participation aux débats qui les interpellent.

Parmi les revendications déclinées par le MQAF dans son programme politique, l’amendement de la Loi sur l’accréditation et le financement des associations d’élèves ou d’étudiants figure en première place. En effet, cette modification de la loi permettrait d’inclure dans son champ d’application les étudiantes et étudiants des centres d’éducation des adultes (CEA) et les centres de formation professionnelle (CFP).

La révision des dispositions réglementaires fixées par Emploi-Québec constitue également l’une des revendications majeures de son programme d’action. Le MQAF milite pour une révision et un assouplissement des règles édictées par les centres locaux d’emploi (CLE) pour ramener les bénéficiaires de l’aide financière sur le marché du travail.

Repositionnement de l’action politique
Les évolutions du contexte de la formation des adultes (les Services d’Accueil, de Référence, de Conseil et d’Accompagnement (SARCA), la reconnaissance des acquis dans les établissements secondaires) et le renouvellement de son équipe de direction justifient le repositionnement de l’action politique du MQAF. Ainsi, le Mouvement québécois des adultes en formation (MQAF) amorce présentement une phase de réorientation majeure dont les efforts convergent vers la mobilisation et le recrutement de ses membres étudiant(e)s inscrit(e)s dans les centres d’éducation des adultes (CEA) et les centres de formation professionnelle (CFP).

Cette phase de réorientation de l’action politique du MQAF repose essentiellement sur la consolidation des liens avec les enseignants et les intervenants en éducation réunis au sein de la Fédération autonome de l’enseignement (FAE), de la Fédération des syndicats de l’enseignement (FSE-CSQ) et tous les autres partenaires syndicaux qui œuvrent dans le domaine de l’éducation ou dans un domaine connexe.

À terme, la réussite du projet d’éducation des étudiants adultes dépendra de notre capacité à tous de nous organiser pour défendre leurs intérêts.

Youtube